Le Scoutisme Français se mobilise pour les jeunes sortant de l'aide sociale à l'enfance

Le Scoutisme Français rejoint le collectif « Cause Majeur ! » pour soutenir la cause des jeunes majeurs sortant de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) ou de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).



En France, 300 000 enfants sont pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance. À 18 ans, ils peuvent théoriquement bénéficier d’une prolongation de leur accompagnement via un « contrat jeune majeur » jusqu’à leurs 21 ans. Théoriquement, car dans les faits, beaucoup n’en décrochent pas ou bénéficient d’un contrat à la durée de plus en plus courte.


« Face à des contraintes budgétaires fortes, les Départements (en charge de la protection de l’enfance en France, NDLR) doivent faire des économies, explique Isabelle Frechon, chercheuse au CNRS et auteure d’une étude sur le sujet. En protection de l’enfance, le contrat jeune majeur fait office de variable d’ajustement. La plupart des contrats sont signés pour une durée de 3 ou de 6 mois. Seulement 1 % d’entre eux sont des contrats d’un an ou plus. »


Logement, emploi, poursuite d’études, insertion sociale, soutien familial… Nombre de jeunes qui n’ont pas obtenu de contrat jeune majeur se retrouvent donc en grande difficulté à leurs 18 ans. Alors qu’ils ont déjà connu un parcours éprouvant durant leur enfance. Selon l’étude d'Isabelle Frechon, 19 % de ces jeunes connaissent un épisode de vie à la rue dans l’année qui suit leur sortie des dispositifs de l’Aide sociale à l’enfance.


Mise en place d'un collectif

Quinze associations – dont le Scoutisme Français – et plusieurs personnalités qualifiées ont décidé de constituer le collectif Cause Majeur ! pour soutenir la cause de ces jeunes : « Face aux multiples annonces politiques, le collectif Cause Majeur ! veut fédérer les associations de protection de l’enfance et de jeunesse, les professionnels et les jeunes, afin d’avancer ensemble sur ces questions et porter ses revendications et points de vigilance d’une même voix », explique Florine Pruchon, coordinatrice du collectif.


Les membres du collectif militent pour :

- l’accompagnement systématique de ces jeunes majeurs dès leur sortie d’un dispositif de protection de l’enfance sans qu’il n’y soit mis fin à un âge couperet (actuellement à 18 ans et à 21 ans avec les contrats jeunes majeurs)

- le maintien d’un soutien matériel, psycho-éducatif, et de liens personnels et sociaux, pour que les jeunes majeurs puissent faire face au passage à l’âge adulte.


Lancement du collectif le 26 mars au CESE

Mardi 26 mars, de 18h30 à 20h, plusieurs jeunes et associations membres du collectif dévoileront officiellement au Conseil économique, social et environnemental (CESE) le nom et les modalités d’actions du collectif. Antoine Dulin, parrain de l’événement, ancien vice-président du CESE et rapporteur de l’avis "Prévenir les ruptures dans les parcours en protection de l’enfance" accompagné par des jeunes majeurs membres du collectif, reviendront sur les principales problématiques rencontrées par les jeunes majeurs qui ont amené à la création de ce collectif.

189 vues